Pour le compte de la 5ème journée de Proligue, le SEHB recevait Billère. Toujours pas de victoire, pas de nouvelle défaite non-plus mais un match nul au goût amer et un petit point consolateur. Score final 27-27.

 

Crédit Photo : Nais Massing

Fin de marathon vendredi soir pour le SEHB et Billère, qui ont tous deux enchaînés trois matchs en une semaine. Les Alsaciens ont reçu Nancy (27-31) puis se sont rendus sur le parquet de Sarrebourg mercredi (24-23), avec notamment une défaite dans les dernières secondes. Les Béarnais, de leur côté, ont accueilli Valence (28-24) et se sont lourdement inclinés face au leader Sélestadien en milieu de semaine (32-19). Devant environ 400 spectateurs au Gymnase des Malteries, les deux formations sont en quête des deux points. Lucas Lefebvre, ancien du SEHB et actuel ailier droit de Billère, est présent ce soir pour affronter ses anciens coéquipiers. Avant même de jouer, fait marquant de la soirée : les joueurs et le public ont communié ensemble pour rendre un hommage au professeur Samuel Paty, victime du terrorisme la semaine dernière.

 

Privés de leur maillot bleu, les Strasbourgeois évoluent en rouge. Toute la première mi-temps, les hommes de Denis Lathoud ont la main sur le jeu. Billère, qui joue pour la deuxième année à ce niveau et qui a bouleversé son effectif durant l’intersaison, paraît désorganisé et perd beaucoup de ballons. Ils parviennent tout de même à plusieurs reprises à recoller au score, voire même à passer devant le SEHB qui résiste. Passé la 22e minute de jeu, les rouges atteignent pour la première fois les quatre buts d’avance (15-11). Au coup de sifflet de la première période, Billère n’est qu’à deux points derrière. Les Alsaciens rentrent confiants aux vestiaires (17-15).

 

De retour sur le terrain, le SEHB continue sur la même dynamique. À la 32e minute, les Strasbourgeois sont pour la seconde fois à +4 (19-15). Jusqu’à la 50e, les rouges restent à distance et maintiennent un écart minimal de deux buts. Fatigue et manque de rotation commencent à se faire ressentir. Bonnemberger écope d’un deux minutes à la 52e et Billère déroule. Les béarnais recollent au score et passent même devant à la 54e (25-26). C’en est trop pour Denis Lathoud, excédé, qui demande un temps mort dans la foulée. Coup de boost pour les rouges qui se ressaisissent et inscrivent deux buts d’affilée (27-26). À deux minutes de la fin, Billère égalise et Strasbourg rate son ultime coup franc direct (27-27). Les deux équipes se quittent sur un score de parité qui n’arrange personne.

 

Crédit Photo : Nais Massing

Côté SEHB, les statistiques de la rencontre sont plutôt bien réparties. 7 buts pour Bonnemberger, 6 buts pour Damiani, 5 pour Vucko, 3 pour Auffret et Gérard. Cela traduit donc une équipe et non pas des individualités, à l’inverse de l’équipe de Billère. En effet, le numéro 4 béarnais David Jimenez a inscrit 12 buts sur les 27 de son équipe. Valentin Doudeau le suit de loin avec 4 réalisations et a souvent été décisif dans le jeu de son équipe. À eux deux, ils ont donc marqué 16 fois. L’équipe du SEHB avait pourtant tenté de stopper Jimenez. L’homme a fait l’objet d’un marquage individuel à deux reprises. À la 26ème minute d’abord par le jeune Grégoire Dené et à la 48ème par Nicolas Dellwing, sans succès.

 

Denis Lathoud, coach du SEHB, s’exprime sur la performance du jour : “Troisième match en une semaine, pas de rotation, effectif avec blessés : on l’a payé à la fin du match. La première mi-temps était pourtant d’une très bonne facture.” Il pointe notamment le manque d’efficacité de ses gardiens : “On a cinq arrêts sur le match, c’est totalement insuffisant. On tourne entre onze et quinze d’habitude. Mais il ne faut pas leur jeter la pierre, ce ne sont pas les seuls responsables.” Effectivement, la fatigue accumulée en deuxième mi-temps par les joueurs de champ n’a pas arrangé les affaires de l’équipe : “À la fin on ne pouvait plus. Les dix dernières minutes étaient difficiles. En plus, on perd Ondrej (Mika, NDLR) à un quart d’heure de la fin, qui est tout de même une pièce maîtresse. Ensuite, on joue avec ceux qui restent et ceux qui restent ils ont déjà joué mercredi soir, il y a à peine 48h…”

 

Crédit Photo : Nais Massing

Même constat pour Clément Damiani. “On a très bien commencé, que ce soit en attaque ou en défense. On a réussi à faire un peu le trou sur la mi-temps en étant qu’à +2 même si c’est un peu décevant parce qu’on pensait avoir un plus gros écart.” Le même sentiment prédomine sur la rencontre : “On s’est fait remonter à la fin du match en gâchant quelques ballons. C’est vrai que l’on espérait plutôt une victoire ce soir”. Cette fébrilité de fin de match est assez récurrente depuis quelques semaines au sein de l’équipe du SEHB qui manque certainement de confiance. “C’est quelque chose que l’on travaille à la vidéo et aux entraînements. C’est difficile et très frustrant pour l’équipe parce que franchement on produit du beau jeu et il faut que ça paye”, explique Clément. Les Alsaciens auront l’occasion de perdre cette mauvaise habitude dès le 30 octobre lors du déplacement à Angers pour la 6ème journée de Proligue.

La rédaction du SEHB – Anthony Weissmuller & Léo Doré