Après une saison passée auprès de l’équipe professionnelle de l’ESSAHB, Romain Katchavenda a décidé de mener d’autres projets. Le club a alors pris la décision de s’attacher les services d’un préparateur physique également renommé dans la région, Rudy Carlier. 

Quelques mots de la part de Romain avant son départ :

« Je retiens la belle pré-saison où tout le monde se découvrait. On se découvrait tous, nouveau staff, nouveaux joueurs et ça a bien fonctionné. Les joueurs étaient volontaires et ont très bien travaillé. Je retiendrai aussi les victoires à la maison, notamment contre des gros adversaires, dans une belle ambiance et de belles batailles. 

D’un point de vue professionnel, c’était un plaisir d’observer et d’analyser les matchs pour faire évoluer la préparation physique de cycles en cycles et coller au maximum à la demande du groupe et des exigences de la Proligue. On était sur une bonne dynamique, stoppée par le COVID-19, mais on avait des joueurs volontaires et impliqués qui avaient intégré les enjeux de la préparation qu’on leur donnait. 

Je pars aujourd’hui pour le Luxembourg afin de rejoindre ma femme, mais je suivrai avec attention les résultats du club et je ne serai pas surpris de les voir en bonne position la saison prochaine! 

Merci à tous et bonne continuation. « 

Son successeur se nomme donc Rudy Carlier. Passé par le Racing Club de Strasbourg notamment en tant que joueur professionnel, il a par la suite décidé de s’orienter dans la préparation physique. Propriétaire d’une salle à Mundolsheim, il accompagne également plusieurs sportifs, et équipes par des coachings spécifiques.

Ainsi, il est dans le coin du boxeur saint-quentinois Guillaume Frénois, habitué des combats internationaux et qui totalise un palmarès impressionnant de 47 victoires pour deux défaites et un match nul. Côté sports collectifs, il est également en charge de deux équipes féminines : la SIG Strasbourg qui évolue en deuxième division au basket, et les footballeuses de Vendenheim qui évoluent elles aussi au second échelon national.

Quand on lui demande pourquoi il ne coache pas des footballeurs masculins, il répond sans hésiter qu’à son âge (34 ans) il a encore les cannes pour jouer et que la compétition le démangerait trop pour qu’il soit concentré pleinement sur son métier!

Sa méthode d’entrainement est basée sur son vécu, et prépare à la fois les corps, mais aussi l’esprit des sportifs qu’il pousse au maximum de leurs capacités.

Comme tous les joueurs, à l’heure actuelle il trépigne d’impatience de pouvoir reprendre l’activité et se fait une joie de découvrir un groupe taillé pour aller loin, et travailleur… Bonne route donc à Romain, et bienvenue à Rudy au sein du club!